Calculs simples à l'aide d'un tableur
Retour au menu : Accueil - Index général - L'ordinateur dans le shack


Voir aussi : Utilisation élémentaire d'un tableur - Utilisation des fonctions dans un tableur - Application du tableur : formule de Thomson -

Formule simple

    
Pour entrer une formule dans une cellule d'un tableau on peut soit la saisir au clavier seulement, soit copier une formule figurant dans une autre cellule, soit saisir au clavier les opérandes (0.12 ou 51) et les opérateurs (+, *, /...) et cliquer sur les cellules dont on veut saisir la référence.
Une formule se distingue d'un texte ordinaire par le fait qu'elle commence par le signe " = ". Suivent ensuite les autres symboles (1).
Dans le petit tableau ci-contre a été "programmée" la loi d'Ohm U=RxI. Le contenu de B2 (2) est multiplié au contenu de la cellule B3 (3) et le résultat escompté est placé en B4 (4). Les cellules A2:A4 (5) contiennent simplement du texte.
Dans le tableur la lettre " x " qui représente la multiplication est remplacé par l'opérateur " * " qui se place entre les références des cellules dont on veut multiplier le contenu.

Utilisation des parenthèses dans une formule

    Le produit de 4/2 par 3 (=6) ne donne pas le même résultat que la division de 4 par 2x3 (=0,66) et pourtant on serait tenté d'écrire ces deux calculs par la même formule : =4/2*3
Pour obtenir le deuxième résultat (=0,66) il faut écrire la formule : =4/(2*3) ainsi le tableur commencera par calculer le produit entre parenthèses (2*3) puis effectera la division 4/6.
Dans le cas d'une formule complexe comportant des parenthèses en contenant d'autres comme : =2(3*(5-2)+5) le tableur commence par calculer le contenu des parenthèses intérieures et remplace les expressions qu'elles contenaient par les résultats obtenus. Il opère ainsi jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de parenthèses.
Dans le doute, il vaut mieux mettre trop de parenthèses que pas assez. Une parenthèse manquante provoque une anomalie.


Copie de formule par copie de cellule

    
Ici le groupe de cellule B2:B4 a été copié dans la colonne C comme détaillé dans la page utilisation élémentaire du tableur.
Automatiquement les références des cellules se sont adaptées dans la formule : C3 a remplacé B3 et C2 a remplacé B2.
En fait la formule se sert non pas de l'adresse absolue du nombre à multiplier mais de sa position relative (voir plus bas)

Influence du déplacement de cellule

    
Le contenu de la cellule C4 a été déplacé en C5 ( voir utilisation élémentaire du tableur ) la formule n'a pas été modifiée.
Lors du déplacement de cellules, c'est l'adresse absolue qui est conservée (voir ci-dessous.

Adresse relative, adresse absolue

Dans la figure précédente la formule contenue dans la cellule C5 contient :
=C3*C2
En réalité la formule, de sa position C5, devrait être lue comme :
= 1ère cellule au-dessus de moi * 2ème cellule au-dessus de moi
Ce qui explique qu'en copiant le contenu de la cellule B4 dans la cellule C4, les références de cellules dans C4 se soient adaptées.
Ce sont les adresses relatives des opérandes (intensité et résistance) qui ont été utilisées.
Il existe une façon de forcer la formule à utiliser l'adressage absolu : en tapant le signe dollar " $ " à gauche du numéro de colonne (exemple : $C) ou du numéro de ligne (exemple : $3). Ainsi, lorsque l'on copiera la cellule, les adresses qu'elle contient ne changeront pas. Exemple :
=$A3 (colonne A imposée, ligne 3 relative)
=A$3 (colonne A relative, ligne 3 imposée)
= $A$3 (adresse de la cellule A3 imposée)
Il est important de bien comprendre les principes de l'adressage relatif et absolu. Pour cela, le mieux est de faire des essais de copie en observant le résultat.